Compte-rendu de l’assemblée générale du 19 janvier 2019

Présents : Françoise Buttard, Marie-Claude Fayolle, Marie Rahbi, Nancy Ruérat, Christophe Vadon, Florence Meyer, Maya Rickli, Pascale Steinmann,

Excusés : Camille et Fabien Besançon, Ginette Girard, Evelyne Buttard, Sylvie Séchaud, Fabrice Rabbhi, Alfreda Sutter ,Geneviève Cuilleriez, Thierry Leroy

Absents : Camille et Guillaume Correas, Johanna Vadon.

Bilan moral de Nancy Ruerat et Françoise Buttard

Pour rappel, voici les statuts de l’association créée en février 2013 :

« Elle a pour but de venir en aide aux enfants du Togo et intervient dans le domaine de la pauvreté, de la nutrition et de la prévention des maladies en luttant plus particulièrement contre la malnutrition infantile. »

L’association a été encore très active cette année, grâce une équipe de bénévoles très actifs qui se sont mobilisés sur le terrain tout au long de l’année.

Nous avons eu le soutien de la kermesse francophone hollandaise pour la création d’un kiosque, de la mairie de Cruseilles, de l’association Andilly loisirs pour la vente de poupées togolaises, de Nicolas Duval et Yann Charpentier pour leur périple en vélo de soutien, de l’association les petites étoiles.

Après bientôt cinq années d’existence, l’association s’est installée sur un socle d’activités et sur un soutien d’adhérents et de donateurs que nous espérons conserver et accroître cette année afin qu’ATL continue ses engagements.

Nous nous réjouissons de constater que l’association RADI s’engage sur le terrain et reconnaît en nous un partenaire et pas un simple bailleur grâce à notre attitude de respect et de confiance mutuel. Il s’agit donc d’un partenariat fécond, emprunt d’ouverture et d’engagement réciproque.

Pour rappel, l’antenne suisse ATL dont le siège se situe à Genève, a été créée l’année dernière en décembre.

Différents soutiens ont été sollicités avec succès. Les premiers donateurs sont la commune de Veyrier et une association de Zumba, que nous remercions vivement. La récolte de fonds est à la fois une démarche empirique mais aussi une question de réseau. Nous allons pourvoir dans ce sens afin de pérenniser les projets multiples de l’association.

De plus, un article sur l’association a paru dans le journal de Veyrier.

Pour conclure, le parrainage des enfants est bien engagé, avec l’avantage de tisser des liens entre le parrain et l’enfant.

Nous sommes encore à la recherche de futurs parrains pour la nouvelle année avec de nombreuses actions communautaires en perspective.

L’association s’est appuyée sur un bureau suivant :

Présidentes : Françoise Buttard et Nancy Ruerat

Présidents adjoints : Pascale Steinmann et Christophe Vadon,

Trésorière : Marie-Claude Fayolle,

Secrétaire : Maya Rickli

Chargés de communication : Florence Meyer et Thierry Leroy

Chargée du groupe parrainage : Marie Rabbi

Rapport d’activités en 2018

3 réunions de bureau pour la préparation préparer les différentes manifestations et de réflexion aux orientations de nos activités au Togo

Participations à diverses manifestations 

  • 8 avril : journée en partenariat avec l’association   « les petites étoiles »
  • 19.20.21 mai : Médiévales
  • 9 juin : soirée dansante africaine
  • 14 juillet : vente de crêpes à Cruseilles
  • 2 Septembre : vente de crêpes au vide-grenier à Cruseilles
  • Mois de décembre : participation à plusieurs marchés de Noel .
  • Collaboration avec l’association « Andilly loisirs »
  • Voyage de mission de trois semaines au Togo

Rapport de mission novembre 2018

En novembre, Françoise, Marie Claude et Nancy se sont rendus à Kpalimé.

Un travail d’analyse général du programme à été réalisé.

1. Bilan programme réhabilitation nutritionnelle

62 enfants ont été suivis .Depuis la tenue de la journée de l’alimentation, le bouche à oreille et la collaboration avec l’hôpital de Kpalimé, le programme est de plus en plus connu au niveau local.

  • 40 % des nourrissons suivis sont orphelins de mère
  • 23 % des nourrissons sont issus de mères malades (VIH, problème psychiatrique, problème de santé physique )
  • 3 % sont prématurés ou présentent des problèmes de santé .Une fillette a été référée à Terre Des Hommes et a été hospitalisée à Genève pour une intervention cardiaque. Elle est de retour dans sa famille.
  • 23 % des situations concernent la relance de l’allaitement maternel avec l’administration de Beta carotène, et des conseils de nutrition pour les mères ( par exemple tisane de feuilles de Moringa )

– 4 % soit 3 enfants sont décédés à mettre en lien avec la disparition d’un suivi médical systématique avec la disparition de l’Association Soutien Enfants Togo ou avec un manque de maternage de la part des familles. – – 7 % de jeunes filles ont bénéficié de l’achat de tire lait pour leur permettre d’allaiter en continuant leur étude.

– Il n’y a eu aucun refus de prise en charge

Cette année, Georgette a rationnalisé la distribution du lait en faisant participer les parents financièrement dans la mesure du possible au niveau des frais médicaux et au niveau de l’achat de boîtes de lait maternisé et de farines enrichies.

L’accessibilité à l’eau potable reste un problème de santé publique. Les mères achètent de l’eau en bouteille ou font bouillir l’eau chaque jour.

Recommandations :

  • Faire venir Françoise, la pédiatre de l’hôpital une fois par mois au café nutritionnel pour le suivi médical des enfants en difficulté
  • Importance de privilégier la qualité de prise en charge.
  • Le décès d’un enfant par manque de soin de la part du papa inexpérimenté pose la question de la pertinence de mettre en place un réseau de nourrices. Nous envisageons deux types de nourrices. Celles qui peuvent allaiter le nourrisson ( en même temps que le leur ) et des nourrices gardiennes qui nourrissent l’enfant au lait maternisé. Prévoir une rétribution de 15000 CFA par mois soit 22 euros.
  • Schéma nutritionnel revisité : lait maternisé jusqu’à 10 mois avec une évaluation au cas par cas. Lait de soja donné à partir de 10 mois.

2. Bilan organisation des cafés nutritionnels

Les cafés nutritionnels se poursuivent une fois par mois sous l’appatam construit grâce au soutien de la Kermesse Francophone hollandaise, endroit très adapté à l’abri des intempéries.

Recommandations :

  • Continuer à inviter 25 familles à chaque café. L’objectif du café est de permettre aux femmes de se rencontrer et de partager un moment de convivialité. Restreindre le nombre de participantes serait contre productif.
  • Etendre la réalisation d’un café de façon décentralisée dans les villages.
  • Un café est réalisé chaque mois dans les locaux du RADI et un café est réalisé chaque mois dans un village. Georgette doit s’appuyer sur des femmes expérimentées et volontaires. Le café dans un lieu décentralisé ne doit pas être un dupliqué du café centralisé dans les locaux du RADI mais être adapté avec moins de moyens mais le même objectif ( sensibilisation des communautés ). Il permettra en plus de réduire les dépenses de déplacement. Importance d’utiliser les ressources du village ( ustensiles de cuisine et céréales ) Le premier café décentralisé pourrait être auprès du groupement « Miledekalelonlomé » « nous sommes unies dans l’amour ».
  • Distribuer des fruits de saison à la fin de chaque café ( saison des mangues de mars a juin et saison de papaye , citrons , ananas toute l’année )
  • Cout d’un café nutritionnel : 12 000 CFA soit 20 euros sans les frais de déplacement et les frais de fonctionnement.
  • Approfondir la qualité du lait de soja. Il existe deux procédés de transformations. Il peut être fait à partir de lait fermenté mais aussi à partir de graines de soja séché et concassé ou la peau toxique est enlevée. La qualité est donc meilleure. (projet en lien avec le Bénin pour affiner la transformation du lait de soja en lait de soja sec avec un pouvoir de conservation plus grand)

3. Soutien aux activités féminines qui produisent, transforment et vendent des produits locaux de qualité

A/ Collaboration avec le groupement « femme et solidarité» Ce groupement nous fournit en farines enrichies (riz, soja, maÏs) pour les enfants dès l’âge de 6 mois. Cette année, nous leur avons acheté 1082 sachets de 400 grammes au prix de 378 700 CFA soit 580 euros. Le sachet est vendu à un prix préférentiel à ATL 350 CFA soit 53 centimes contre 600 CFA soit 91 centimes sur les marchés. Elles se servent chez des petits producteurs locaux bio. Le groupement a remboursé la dernière tranche de crédit octroyée par ATL. Un nouveau crédit de 200 000 CFA ( 305 euros ) a été renouvelé sur un an ce qui permet au groupement de renouveler leur stock de céréales et d’avoir des liquidités pour leurs activités de transformation.

Le groupement est bien intégré dans les communautés. Il nous a paru très actif et a manifesté son intérêt à transmettre leur pratique à des femmes plus jeunes. Nous désirons renforcer notre collaboration avec ce groupement. « Femmes et solidarité » qui fait partie d’une fédération de 18 groupements bio dans le Kloto : cultivatrices de manioc qui alimentent le panier bio, élevage par Elisabeth de 13 chèvres ce qui permet de vendre des chevreaux et de 30 volailles qui commencent à pondre des oeufs, transformatrices de manioc en amidon et tapioca, cultivatrices de champignons, jardins et maraichage bio : piment vert, adémé, épinards, aubergines, tomates ,ignames , une femme fabrique des poterie en terre , cultivatrices de mais , soja et riz.

Le groupement « femme et solidarité » ont fait la demande d’un moulin car elle utilise actuellement le moulin de quartier. Un local a été trouvé. Cela permettra un gain de temps et une AGR pour une femme

Les femmes du quartier pourraient l’utiliser en payant chaque fois qu’elles viennent moudre

B/ Collaboration le groupement avec « « Miledekalelonlomé » « nous sommes unies dans l’amour » C’est un groupement de 60 femmes qui pratiquent la tontine et habitent dans le quartier de Kligue Koldgi à Kpalimé. La rencontre avec ces femmes sera notre coup de cœur du voyage. Nous désirons amorcer le début d’une collaboration et leur permettre continuer de se réunir sous un appatam, l’ancien ayant été détruit par les intempéries.

C/ Bilan des activités du kiosque- vente de produits locaux.

Le kiosque a été ouvert le 10 mai 2018 avec comme objectif général la

– Promotion des produits locaux et appui aux activités économiques des femmes avec la possibilité de dépôt-vente

– Financement d’une partie du programme de réhabilitation nutritionnelle

Georgette a été très présente les 30 premiers jours ce qui a permis de lancer le kiosque avec un travail de publicité. Edem tient le kiosque avec un salaire de 20 000 CFA par mois. Elle prépare aussi des plats à emporté Georgette réfléchit à engager une cuisinière. Il faut revoir comment revoir l’organisation de l’activité du Kiosque et viser à son autofinancement puisqu’il est déficitaire à ce jour.

La première démarche est de faire connaître le kiosque. Repas musical envisagé, acheter des parasols, des tables installées à l’intérieur du RADI. Objectif de l’année : Livrer 5 repas par jour. Proposer des menus avec les prix.

Deux idées : se fournir auprès des paniers bio pour cuisiner pour le kiosque et pour le repas nutritionnel et mettre en vente un panier bio au kiosque

D/Cercle vertueux pour lutter contre la malnutrition

  • Renforcer les liens de solidarité entre les femmes
  • Soutenir les groupements de femmes production locale de céréales et légumes
  • Soutenir la transformation en produits locaux de qualité accessible à la population
  • Soutenir la vente et la promotion de ces produits à forte valeur nutritive

Nous avons signé une convention de partenariat avec le RADI (Recherche Action Développement Intégré) basée à Kpalimé, dans la région des plateaux pour trois années.

Georgette Agbéka, la coordinatrice du programme fait un remarquable travail de suivi et d’accompagnement individualisé pour les familles et de mise en lien avec les structures locales de soins

Bilan Financier

Présentation des comptes par Marie-Claude Fayolle, trésorière de l’association.

Les comptes sont approuvés à l’unanimité ( bilan comptable en annexe )

Perpectives 2019

En France et en Suisse

  • Renforcer l’assise de l’association en augmentant le nombre d’adhérents en France et en Suisse, fidéliser un public de donateurs par des versements mensuels.
  • Développer les parrainages
  • Développer notre capacité à recueillir des fonds propres en continuant à organiser ou à participer diverses manifestations.
  • Reconduite de notre participation à la vente de boissons aux Médiévales d’Andilly les 8, 9 et 10 juin 2020.
  • Reconduite de notre participation à la fête du 13 juillet organisé par la mairie de Cruseilles avec la vente de crêpes
  • Réaliser des demandes de financements en France et en Suisse

Au Togo

  • Nous envisageons une prise en charge pour l’année 2019 de 60 enfants.
  • Poursuite et décentralisation des cafés nutritionnels et collaboration avec la GIZ
  • Appui à 2 groupements de femmes.
  • Renforcement du kiosque vente de mets préparés et de produits locaux et d’alimentation générale
  • engagement d’une animatrice pour seconder Georgette pour s’occuper du programme de réhabilitation nutritionnelle.
  • Viser à un autofinancement du kiosque

Les présidentes Françoise Buttard et Nancy Ruerat clôturent la séance de l’assemblée générale .

Genève, le 19.01.2019